Voyants

Qu’est-ce qu’un médium?

Flashs, sons, sensations étranges sont les ressentis des médiums. Ils ont le pouvoir de se mettre en connexion avec ce qui est invisible, avec des forces qui sont inconnues pour la plupart d’entre nous. Sont-ils des sorciers ou des envoyés de Dieu? Sont-il capables d’autre-chose que de recevoir des messages?
La fascination qu’ils exercent sur les autres est assez forte mais nous devons être honnêtes: Nous avons aussi des doutes. Alors partons à la rencontre de ces personnages hors du commun.

Toujours entre deux mondes

C’est ce qui définit le mieux le médium. Sa mission est de faire le lien entre nous et l’au-delà. Du moins c’est ce que l’on pense car on croit que la lien qu’il fait est celui entre les morts et les vivants.
C’est une constante de son travail et nous allons voir que pour certain cela relève du sacerdoce.
Les chasseurs de fantômes sont souvent des gens ayant ce don et il est bien-sûr encore plus courant dans les rencontrer dans la voyance.
C’est donc cette capacité à ressentir deux mondes qui les rend si différents de nous.

Quand on les consultes, ils sont capables de nous donner des nouvelles de personnes décédées. Le plus souvent si ceux-ci ont un message à nous envoyer, ils le font par l’intermédiaire du médium.
A noter: Il est cependant très rare qu’un message soit autre que celui-ci: “Tout va bien pour moi, je suis heureux ici”.
Oui, c’est ce qui est le plus souvent ressenti alors ne pensez pas pouvoir lancer de grandes discussion avec votre grand-père ou votre enfant, il ne sera que rarement possible d’aller plus loin lors d’une séance de voyance.

La mauvaise réputation des médiums

C’est un fait, la plupart d’entre eux sont mal vus. Non pas qu’ils soient l’objet de chasse comme au Moyen-Âge, non, le problème c’est que comme la majeure partir d’entre-eux n’a aucun don, alors ils ne font qu’inventer des messages et c’est cela qui finit par se voir.
Quand on reçoit ce message cité ci-dessus comme quoi tout va bien, on peut dire que le médium est en réalité un commerçant qui vend son produit.

Par contre si l’un d’entre eux nous dit des choses intimes et que peu de gens savent excepté le consultant, alors là, on peut prendre le voyant au sérieux.

C’est ce critère qui fait la différence entre celui en qui on peut avoir confiance et les autres. Mais trouver ce véritable médium est bien difficile.

Naissance d’un sixième sens

Si ceux qui possèdent cette capacité nous disent qu’ils ne l’ont pas demandée, il faut aussi qu’ils se mettent au travail pour développer cette capacité à percevoir.
Car il ne faut pas croire que la capacité soit-là et qu’il suffise d’attendre pour avoir des messages. Pas plus qu’il ne soit possible d’avoir des sensations à la demande. Non, parfois ça marche, parfois ça ne marche pas.

Ce point est fondamental car si on regarde les sites de voyants qui ont de nombreux visiteurs, alors on se rend compte que ce sont des gens qui font la promesse de mettre leur don à notre service. Sauf que ce n’est pas le cas, c’est plus compliqué que cela, aussi, il est très difficile en réalité d’en faire commerce.
La raison en est que le commerce demande des capacités mobilisables n’importe quand sauf que communiquer avec un mort particulier peut ne pas se produire et surtout les sensations peuvent ne pas être au rendez-vous.

Mais un troisième œil est quoiqu’il arrive une capacité qui se travaille et s’entretient. Un don est comme savoir jouer d’un instrument: Il faut du temps pour pouvoir maîtriser son art et ensuite, il faut pratiquer encore et encore.

Le spiritisme

C’est sans doute le plus fort des travaux médiumniques. Si on décide de communiquer avec l’esprit d’un mort, alors il faut se mettre en condition.
Il faut prendre des risques aussi car si le risque que rien ne se produise est un moindre mal, il existe surtout le danger de tomber sur un esprit malin. C’est pour cela qu’il faut éviter de faire cela toute-seule.

Alors on peut poser des questions, savoir des choses qu’on aurait aimé savoir avant de partir.

Le travail de mise en relation avec les morts est un exercice difficile, qui ne fonctionne pas toujours et qui doit toujours être pris avec des pincettes.
Si un mort est parti avec son secret, il peut aussi avoir envie de le garder. Tout cela fait que la communication n’est pas si évidente.

Si on veut se mettre en relation avec un voyant, on peut le faire mais il faut bien modérer ses attentes car on est jamais certains des résultats. Et n’oublions pas que certains n’ont en réalité pas de don mais son des commerçants.

De bonne foi et pourtant…

Là on touche au véritable nœud du problème. Si on laisse de côté les praticiens qui dépensent gros en publicité pour se aire connaître, on trouve des médiums sincères. Ces gens, souvent des femmes, sont persuadés d’avoir un don. Malheureusement ils n’en ont pas. On le voit au fait qu’ils font beaucoup d’erreurs et que les messages relayés par leurs soins sont le plus souvent faux.

Qu’est-ce que cela nous enseigne?

Cela nous montre que dans tous les cas il ne faut jamais perdre de son sens critique. Même un prêtre peut avoir tort, même des docteurs se trompent. Cela ne veut pas dire qu’il faille systématiquement remettre l’autorité en cause mais le doute est une démarche saine.
Non seulement ce n’est pas interdit mais c’est une bonne démarche.
Le tout est de faire la différence entre ce que l’on croit aveuglément et ce que l’on croit parce qu’on y a réfléchit avec logique.

Partant de là, rien n’est interdit.

On ne dit pas qu’il faut rejeter les médiums et on ne dit pas qu’ils sont des êtres infaillibles. Au laisse ainsi le soin à chacun de juger et de se faire sa propre opinion.
En faisant ce genre de démarche on s’ouvre des portes et on n’exclue pas l’idée qu’il puisse exister une dimension parallèle mais on ne tomber pas non plus dans la croissance aveugle. En un mot, on fait preuve d’intelligence.

Laisser un commentaire